Nous suivre sur notre réseau social
ou nous contacter
congresarganier@gmail.com

Les principales recommandations formulées par les participants à la 1ère édition du congrès international de l'Arganier ressorts la nécessité que :

• Le Maroc a intérêt à ratifier le plus rapidement possible le protocole de Nagoya et à mettre en place une réglementation sur l'APA (accès et partage des avantages) et un cadre institutionnel pour le pilotage de sa mise en œuvre.

• La création d'un pôle d'excellence en recherche sur l'arganier et l'écosystème arganeraie assurant une meilleure synergie entre les différents chercheurs et institutions partenaires.

• La modernisation des pépinières, voire même la mise en place de pépinières agrégées comme ce qui se fait pour les autres essences telles que les agrumes, l'olivier, le palmier dattier et les autres espèces arboricoles. L'objectif étant de produire des plants standards et/ou certifiés

• Le développement des laboratoires de biotechnologie (culture in vitro) pour la production de clones à caractères spécifique et de bonne qualité.

• Elaboration d'un référentiel technique intégrant les connaissances acquises par les différents chercheurs et développeurs concernés par l'arganier aussi bien pour la conservation, le développement que la valorisation.

• La création d'un réseau d'experts nationaux et internationaux sur la qualité des produits de l'arganier.

• La mise au point d'un kit rapide de détection de l'adultération de l'Huile d'argan.

• L'obligation de fournir les bulletins d'analyse à l'échelle nationale comme à l'export pour la sécurité du consommateur.

• Le Transfert de l'information scientifique aux intervenants de la filière, notamment quant à l'impact de l'adultération de l'huile d'argan.

• L'amplification des études cliniques de l'Huile d'argan sur les pathologies cardiovasculaires à un plus large panel pour une meilleure significativité.

• La mise en place d'étude type Cout/Bénéfice mettant en évidence l'importance socioéconomique, sensorielle et habitudes alimentaires impliquant une sélection variétale garantissant une durabilité de la production concurrentielle.

• Le développement de partenariat entre les institutions nationales et étrangères, particulièrement le CIRAD, pour développer davantage leur collaboration, de mettre en place de nouveaux projets de recherche et de trouver les financements pour leur réalisation.

• L'encouragement de la recherche dans le domaine de l'utilisation des sous produits de l'arganier, notamment en alimentation animale. En effet, il été démontré que le rapport bénéfice/coût était largement en faveur de l'utilisation des tourteaux d'Argan.

• L'approfondissement des connaissances sur la tolérance à la sécheresse et la résistance aux maladies et aux ravageurs de l'arganier, notamment le rôle des cires des feuilles et des fruits.